QUE LA LUMIÈRE SOIT !

Visite des élus et agents du SDEPA 

P1030672

 

Article tiré du SUD-OUEST : que la lumière soit

Publié le 24 juillet 2015

ENERGIE : PRIMES AUX TRAVAUX

Vote du budget 2015

P1030283

Article tiré du SUD-OUEST : primes aux travaux

Publié le 7 avril 2015

 

 

 

 

VOITURES ELECTRIQUES : UNE CENTAINE DE BORNES EN 2 ANS

Le SDEPA déploie son plan d’action 2015-2016

VOITRURE ELECTRIQUE 2

Article tiré du SUD-OUEST : voitures électriques

Publié le lundi 9 février 2015

Article tiré de la République : bornes gratuites

Publié le mercredi 18 février 2015

 

« UNE PREMIERE EN FRANCE »

Les établissements d’utilité publique et collectivités vont voir le montant de leur facture de gaz baisser de 15 %.

réunion attribution marche gaz bayonne 001

une première en france

Article tiré du SUD-OUEST

Publié le vendredi 24 octobre 2014

Comité syndical du 5 juillet 2014 à ORTHEZ

Un plan pour sécuriser le réseau électrique des Pyrénées-Atlantiques

comité ORTHEZ 5 juillet 2014 008

un plan pour sécuriser le réseau électrique

Article tiré de la République

Publié le lundi 7 juillet 2014

 

Comité Syndical : 21 janvier 2012 à MAULEON

Le réseau électrique s’ouvre à la fibre optique

Article tiré de la République
Par Jean-Marc faure
Publié le 23 janvier 2012 à 04h00

comite mauleon
Jean-Pierre Domecq, vice-président, propose aux délégués du Syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (SDEPA), de s’investir sur les réseaux de la fibre optique et sur la ressource bois. © marc zirnheld

Aménagement L e syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (SDEPA) souhaite mettre ses réseaux et compétences au service de la fibre optique et de la création de chaleur. Utiliser les réseaux électriques (aérien et enterré) pour faire passer la fibre optique, c’est une idée du Syndicat d’énergie des Pyrénées-
Atlantiques (SDEPA) qui souhaite ouvrir son réseau à de nouveaux services. C’est ainsi que son vice-président, Jean-Pierre Domecq, a proposé aux quelque trois cents délégués réunis samedi matin à Mauléon que le SDEPA s’implique dans le schéma départemental d’aménagement numérique.
En s’engageant également dans une réflexion sur la création de réseaux de chaleur à partir de la ressource bois, dans un partenariat avec le syndicat mixte de traitement des déchets (SMTD) du bassin Est, le syndicat montre qu’il entend exercer toute sa compétence énergétique.
« Le SDEPA pourrait accompagner les communes dans le développement des chaufferies à bois », a ainsi suggéré, Jean-Pierre Domecq.

Le SDEPA n’abandonne pas pour autant, loin s’en faut, sa mission première, liée à l’aide aux communes pour l’électrification. Sa présidente, Denise Saint-Pé, qui animait samedi la réunion du comité syndical
consacré aux orientations budgétaires de 2012, a fermement rappelé sa résolution à faire stopper la dégradation continue du service public de distribution d’électricité. En présence de Sylvain Vidal, le directeur départemental d’ERDF (filiale d’EDF chargée de la distribution d’électricité), elle est revenue sur le constat du livre blanc de la Fédération nationale des collectivités concèdantes et régies (FFCR) (notre édition du 28 novembre dernier).

Vice-présidente de cette fédération, elle a réaffirmé la proposition de ce livre blanc de soutenir le maintien du monopole d’ERDF « à condition qu’il respecte ses engagements de service public. ». La réunion de Mauléon a permis également de présenter un nouveau service du SDEPA pour les communes. Il s’agit d’un logiciel qui permet de déclarer en temps réel les pannes de leur réseau d’éclairage public.

Prévenir les dysfonctionnements

A partir de ce système d’information géographique (SIG) fonctionnant sur internet, les sociétés de maintenance sont aussitôt averties des dysfonctionnements et peuvent y remédier rapidement. 107 communes sont déjà rattachées à ce nouveau service opérationnel depuis le premier janvier dernier pour 10 860 points lumineux et 520 armoires électriques.
Pour une panne ordinaire (non urgente) le délai de réponse est limité à 7 jours. En cas d’urgence, il peut être ramené à 48 heures (voire moins).
« Entre 2010 et 2011, la durée moyenne annuelle de coupure par habitant a été réduite de 44 % dans le département »
Sylvain Vidal (ERDF La présidente d’ERDF, à Pau le 6 février Michèle Bellon, présidente nationale d’ERDF, la filiale d’EDF spécialisée dans les activités de distribution d’électricité, sera présente au Palais Beaumont de Pau le lundi 6 février prochain. Elle rencontrera les élus locaux, notamment du Syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (SDEPA), les forces socio-économiques ainsi que les représentants du monde industriel des Pyrénées-Atlantiques, des Hautes-Pyrénées et desLandes.

Ce sera l’occasion pour elle de donner sa vision du devenir du service public de distribution d’électricité en France et de répondre à la sonnette d’alarme tirée dans le « Livre blanc » de la Fédération nationale des collectivités concèdantes et régies (FFCR).

pdf Télécharger l’article de la République au format PDF

Coupures d’électricité : parution d’un livre blanc

Coupures d’électricité : 101 minutes en moyenne en 2010 !

Article tiré de la République
Par Eric Normand
Publié le 28 novembre 2011 à 04h00

coupure d'électricité
La multiplication des coupures d’électricité provient selon le syndicat de l’énergie, du manque d’investissements de la part d’ERDF, pour enterrer les lignes notamment. © Archives ascencion Torrent

La fréquence des coupures d’électricité est en augmentation dans le département. Conséquence : entre le Syndicat de l’énergie et le concessionnaire, il y a de l’électricité dans l’air…

Denise Saint-Pé est très remontée. La conseillère générale de Sauveterre-de-Béarn, présidente du Syndicat départemental de l’énergie (SDEPA) mais également vice-présidente de la Fédération nationale des syndicats de la branche (la FNCRR), l’a dit la semaine passée depuis le congrès des maires, qui s’est déroulée à Paris. La cause de son courroux : la multiplication des coupures d’électricité dans les départements, faute, selon les syndicats compétents, d’investissements de la part d’ERDF (Électricité et réseaux de France).

Une situation qui serait vérifiable partout dans le pays et qui a donc conduit la FNCCR à éditer un livre blanc, sorte de catalogue de doléances, présenté la semaine dernière dans le cadre du congrès national des maires.

Les chiffres seraient accablants pour le concessionnaire ERDF, filiale d’EDF. En 2010, les pannes d’électricité atteignaient en effet en moyenne 98 minutes par an et par usager en France. Et 101 dans les Pyrénées-Atlantiques. À comparer avec les 77 minutes d’il y a une dizaine d’années.

Même s’il y a du mieux par rapport aux 113 minutes de 2009, c’est encore bien trop pour Denise Saint-Pé qui pointe une dégradation du service, liée à un manque d’entretien. « Il y a actuellement un vrai bras de fer avec ERDF. Nous sommes en droit d’exiger d’eux, qui sont en situation de monopole, des investissements bien plus importants pour sécuriser le réseau. » Comme des enfouissements de lignes par exemple.

La fracture électrique

Ce que redoute la conseillère générale et régionale, elle-même issue d’un territoire rural, c’est la croissance d’une véritable fracture électrique entre tissus urbains et ruraux. « Ce qui aura des conséquences sur l’activité. Des personnes font par exemple le choix du télétravail, de créer, ou simplement maintenir, des entreprises en milieu rural, mais avec trop de coupures, ce n’est plus possible. Il en va aussi de la vie des territoires. »

Pour autant, Denise Saint-Pé veut conserver un service public et n’envisage par un recours au privé. « Je reste attachée à la proximité. Cette situation n’est pas le fait des personnels mais c’est simplement un choix politique. » La FNCRR soupçonne en effet ERDF d’être devenue une sorte de pompe à finances d’EDF, permettant à l’entreprise publique de maximiser ses profits.

« Faux » a répondu ERDF lors de ce même congrès des maires. Et d’indiquer au contraire que son service offrait « le meilleur rapport qualité prix en Europe en lien avec une cohésion sociale et territoriale. » Quid de notre département ? Difficile d’en savoir plus puisque la personne habilitée à parler sur ce dossier n’était pas joignable en fin de semaine dernière.

Mais, au siège du SDEPA, on note quand même une reprise des investissements depuis quelques mois. Il est vrai que ce n’est pas le travail qui manque. Dans les Pyrénées-Atlantiques, les lignes enterrées représentent 30 % du réseau basse tension (qui court sur 11 400 kilomètres) et 40 % du réseau haute-tension (8 000 kilomètres).

Le chiffre

77. C’était en minutes, la durée de coupure d’électricité par an et par usager sur les Pyrénées-Atlantiques il y a 10 ans. Aujourd’hui elle est montée à 101 minutes. Soit quasiment la durée d’un match de foot, mi-temps incluse. Environ 370 000 abonnés sont recensés dans les Pyrénées-Atlantiques.

À Orriule, des micro-coupures causées par les branches d’arbres

A Orriule, petit village (135 habitants) du canton de Sauveterre, on a identifié depuis longtemps le phénomène de ces micro-coupures électriques, de l’ordre de quelques secondes, qui peuvent impacter toutes les activités. « Pour nous, ce n’est pas un gros souci même si, comme tout le monde, on peut être victime de pannes quand il y a par exemple une tempête.

Le responsable d’ERDF a quand même recensé deux micro-coupures en octobre et autant en novembre », raconte le maire Jean-Roger Recalde. « Il m’a dit que des investissements vont être faits pour élaguer les branches d’arbres au contact de fils qui sont nus », poursuit l’élu qui évoque aussi, sur cette desserte Saint-Palais – Orthez passant en bordure du village, la présence «de nombreuses lignes anciennes ». « Le syndicat de l’énergie a prévu de les changer», se félicite Jean-Roger Recalde. Des travaux visant à enterrer une ligne à haute tension passant sur la route de Narp sont par ailleurs envisagés. En fait, le véritable casse-tête du maire d’Orriule porte plutôt le nom de France Telecom : «J’ai beaucoup de souci avec eux. Ils ne font jamais le moindre travail de maintenance sur leur réseau et on a, ici, des câbles qui traînent partout !» Mais c’est là une tout autre histoire…

pdf Télécharger l’article de la République au format PDF

Taxe sur la consommation finale d’électricité

Article tiré du Sud-Ouest
Lundi 17 octobre 2011 à 06h00
Par ALAIN BABAUD

Salies-de-Béarn

Électricité : les foyers taxés à 8 % dès 2012

Le Syndicat départemental de l’énergie a voté vendredi pour la généralisation de la nouvelle taxe au taux maximal.

Denise Saint-Pé

Denise Saint-Pé, présidente du Syndicat de l’énergie en charge de prélever la taxe pour le compte des communes. archives T. S.

La taxe sur la consommation finale d’électricité entrera bien en vigueur partout dans le département à compter du 1er janvier. Dans les communes qui prélevaient déjà la taxe sur l’électricité – elles sont 168 – la nouvelle taxe se substitue à l’ancienne. Pour les autres, c’est un prélèvement nouveau sur les foyers abonnés à l’électricité. Le législateur a voulu que le taux soit le même pour tous, ce sera donc 8 %. Les 600 délégués des communes des Pyrénées-Atlantiques en ont décidé ainsi, vendredi soir, à Salies, en réunion de conseil syndical du Sdepa, le Syndicat départemental de l’énergie des Pyrénées-Atlantiques.

Sous la présidence de Denise Saint-Pé, conseillère générale Modem de Sauveterre-de-Béarn, l’assemblée a en effet décidé (à bulletins secrets) d’accepter de prélever cette nouvelle taxe pour la restituer aux communes – « à une majorité d’environ les deux tiers des votants » assure la présidente – et voté le taux maximal autorisé. Ce qui va permettre aux communes qui prélevaient déjà la taxe de ne pas perdre de recettes de trésorerie. Et ce qui amène les 332 communes rurales de moins de 2 000 habitants où la taxe sur l’électricité n’avait pas été votée à instaurer un prélèvement nouveau qui peut représenter jusqu’à une centaine d’euros par an et par ménage.

Les maires qui sont opposés à cette taxe n’ont pas le choix. La taxe est désormais obligatoire. Et le Sdepa est clairement mandaté pour la prélever et la reverser aux mairies sous forme d’une recette. Ceux qui dénoncent une ponction supplémentaire sur le pouvoir d’achat des familles peuvent toujours « baisser leurs taux de leurs impôts locaux », pour en compenser le poids auprès de leurs contribuables, suggère Denise Saint-Pé.

70 % pour les mairies

Une présidente qui souligne que la nouvelle taxe imposée par l’État présente au moins un avantage sur la précédente : celui de ne porter que sur la consommation réelle d’électricité, pas sur l’abonnement. Ceux qui consomment peu paieront donc peu. Les mairies ne toucheront pas non plus l’intégralité de la taxe.

En instaurant la taxe à l’échelon départemental, condition sine qua non à sa mise en place, le Syndicat de l’énergie renonce de fait à la redevance que lui payait ERDF pour l’investissement dans les réseaux d’énergies en Pyrénées-Atlantiques. L’assemblée des délégués des communes a donc décidé de compenser cette perte pour permettre au Syndicat de poursuivre sa mission d’intérêt général.

Quand un contribuable paiera 100 euros au titre de la taxe sur la consommation finale d’électricité, 30 euros tomberont dans les caisses du syndicat et seulement 70 euros dans celles de sa commune.

Voilà une affaire tranchée. On se souvient, en effet, que le sujet avait été abordé avec beaucoup de précautions le 12 septembre dernier, à Pau, lors de la traditionnelle journée des maires de la Foire exposition (notre édition du 13 septembre). Après présentation des enjeux, il avait alors été jugé plus sage de renvoyer la décision au-delà de l’échéance des élections sénatoriales pour débattre en toute sérénité.

pdf Télécharger l’article du Sud-Ouest au format PDF

Exposition « parcours énergie »

exposition

06 Mai 2011 – Les énergies s’exposent au lycée Guynemer

pdf Télécharger l’article de la République au format PDF
Combien aura-t-on brûlé de calories durant l’inauguration de l’exposition sur ‘Le Parcours de l’énergie’, hier après-midi au lycée Guynemer ? La question est posée en forme de boutade, mais les douze panneaux…

07 mai 2011 – Une exposition sur l’énergie à Guynemer

pdf Télécharger l’article du Sud-Ouest au format PDF
L’exposition sur les sources d’énergie, leur acheminement et leur consommation est présentée aux scolaires jusqu’au 19 mai…

Réseau Gaz à GARLIN

travaux garlin

03 Mai 2011 – Garlin bientôt alimentée en gaz
pdf Télécharger l’article de la République au format PDF
Le réseau, en cours de réalisation, alimentera en gaz propane particuliers et professionnels.

05 mai 2011 –La réserve de gaz est en place
pdf Télécharger l’article du Sud-Ouest au format PDF
Dans le prolongement du partenariat tripartite signé le 23 mars 2010 entre la commune de Garlin, le Syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (Sdepa) et le concessionnaire landais Gascogne…